Polaroid Malibu

by Echoplain

/
  • Record/Vinyl + Digital Album

    Includes unlimited streaming of Polaroid Malibu via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €12 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

1.
2.
3.
4.
Here I stand 02:50
5.
Beyoncé 04:58
6.
Watcha 04:06
7.
On my own 03:20
8.
Fade out 03:05
9.
13th 04:11
10.
Yed sneaky 03:53

about

Emmanuel Boeuf : guitars / voice
Clement Matheron : Bass VI
Stephane Vion : Drums

Written and composed by ECHOPLAIN

Recorded by Julien Bous at Postghost recordings (Hautot sur seine ) in january 2020
Mixed and masterised by Julien Camarena (nantes) between march and september 2020

Artwork by Benjamin Verges
Paints by Sasha Andres

www.piedebiche.com
arakirecords.bandcamp.com
www.zeroegalpetitinterieur.com
www.atypeekmusic.com

C’est sur les ruines que naissent les meilleures mélodies. Et les idées les plus folles. Ruines de groupes défunts. Ruines d’influences si saturées qu’elles finissent par perdre tout sens. Ruines de la pop culture. Ruines de la culture — un point, c’est tout. Comme si les humains, menacés de robotisation et puis d’extinction, pauvres de nous, trouvaient toujours le moyen de déjouer les algorithmes, de les envoyer crever dans leur coin. Un peu comme quelqu’un qui, croyant tout connaître, avoir tout entendu, découvrirait soudain qu’il ne sait rien. On pourrait passer des heures à énoncer et discuter ensuite de tout ce qui fait, traverse, influence la musique d’Echoplain. Et ce serait passionnant, c’est clair. On pourrait même faire les malins. Mais on passerait à côté de l’essentiel. Comme toujours. La kermesse du name-dropping, quoi : tout est bon pour te dispenser de te servir de ton cerveau. De fait, saturée — et même, n’ayons pas peur des mots, sursaturée —, la musique d’Echoplain l’est, qui l’assume, le martèle, et semble même le revendiquer. D’All Eyes on Me à Beyoncé, tout semble si référencé qu’on croirait pouvoir écouter le disque à l’aveugle. À la sourde oreille. Rien que par ouï-dire. Mais justement, ce qui se met tant en avant cache férocement quelque chose. Qui, à grands coups de riffs limpides, précis, démonstratifs, au risque parfois de te faire perdre l’audition, trouve le moyen de se faire entendre. Claire et distincte, la musique. Pas le temps de tricher. Il y a une urgence totale, comme l’effet d’une distorsion sociale, mentale, globale. Et sa revanche. L’atmosphère : une ville grande et grise. Polluée et surpeuplée. Figée et invivable. Dans les recoins, les failles, les interstices les plus improbables, poussent des plantes bizarres et rebelles qui renvoient au monde dégueulasse dans lequel elles sont nées et demeurent une image meilleure de lui-même. Here I stand, leitmotiv dans les moments les plus sombres et les plus lumineux, le cul entre le suicide et l’éruption, la dépression et l’orgasme, manière de proclamer qu’on est là. Déclaration d’existence. Malgré et contre tout. S’il fallait résumer en une phrase l’ampleur des dégâts causés par Echoplain, ce serait celle-là : que tu le veuilles ou non, je suis là. Et tu sais quoi ? Ils sont salutaires, les dégâts.
Jérôme Orsoni

credits

released January 15, 2021

Ce qui frappe le tympan en premier, inévitablement c'est le volume sonore, cette violence électrique et cette tension crée par une section rythmique indéfectible. Pourtant ce sont les mélodies souterraines et les structures insidieuses qui rendent le tout original et attachant.
new noise

*****************************************************************************
Ici il s’agit de cassures nerveuses et de vagues diffuses orchestrées pour faire le maximum de dégâts.
Il y a encore bien du jus et du bien frais, dans les veines de la scène française. Des groupes comme Poutre, Cosse, Tabatha Crash, Echoplain continuent à tricoter des ambiances menaçantes, mais toujours secouées d’une belle liberté de ton et d’une puissance qui fait juste du bien. Jouissif..
A découvrir absolument

*******************************************************************************
Les trois écorchés présents au sein de ce groupe tout beau tout neuf sauront capter l'attention des aficionados de noise rock dans ce qu'il peut avoir de violent, de dissonant et d'alambiqué
dmute

********************************************************************************
Le volume refuse de se baisser, demeure bloqué à un niveau déraisonnable. Et on remonte encore un peu. Si l’ensemble est un bloc percutant, une masse imposante, le trio sait pertinemment que sans mélodies qui tiennent la route, le bel édifice se casserait inévitablement la gueule
exitmusik

*********************************************************************************
Rage et frustration vous explosent en plein visage.
Ceci est notre cri du cœur, encaissez-le ! C’est en tout cas ce que semblent dire le trio
addict-cuture

*******************************************************************************
Le groupe réussit ici le tour de force de nous offrir un premier long format fait de grands écarts, entre ombres et lumières, espoirs et désillusions. Comme une peinture de nos existences coincées dans la dégueulasserie du monde et la beauté de ses interstices.
MOWNO

license

all rights reserved

tags

about

Echoplain Paris, France

ECHOPLAIN is a logical continuation. Emmanuel, Clément and Stéphane have known each other for a long time. Logical by their musical affinities and their common desire to create sound. Born in 2018, their mix of post punk and abrasive noise, somewhere between muffled vocals, spoken words and shoutings, brings them after a few shows to record a first EP. Available via atypeek music. ... more

contact / help

Contact Echoplain

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Echoplain, you may also like: